PÉNITEN(T)S BLANCS, CONFRÉRIE INSTITUÉE PAR HENRI III.

Au mois de mars 1585, Henri III institua une confrérie dite des pénitens blancs.

Le costume de ces pénitens était de blanche toile de Hollande en forme d’aube, leur couvrant la tête et leur voilant entièrement le visage comme un masque.

Deux ouvertures étaient pratiquées à l’endroit des yeux.

On les appela aussi " blancs-battus ", parce qu’ils se frappaient par humilité avec des disciplines. Les plus notables personnages du parlement, de la chambre des comptes et de la haute bourgeoisie furent invités à s’enrôler sous cette bannière dont le roi s’était déclaré chef, et dans laquelle il fit entrer le duc de Guise et le duc de Mayenne.  

La congrégation des Pénitents Blancs a été créée à Château Gombert, en 1617

La chapelle des Pénitents, sur les aires, n’est autre que l’ancienne église occupée par les Pénitents Blanc.

Les Pénitents Blancs de Saint-Lazare (Confrérie créée en 1550), s’y étaient établis en 1709,

Quand elle fut réparée, en 1852, on venait de remettre à neuf la chapelle de la Congrégation des femmes, située sur la place des Héros qui occupe l’emplacement de la Maison du Luminaire de Saint-Mathieu, siège d'une autre ancienne confrérie au XVIIIème siècle.

Source : Monographies Communales Méjanes.

Source : BnF - Calendrier Spirituel 1713
Création des Pénitens en 1617
Création de la Paroisse de Château Gombert en 1707
Intervention du 5 mai 1662
Intervention du 5 mai 1662
Etat de propriété : Cadastre de 1820

Etat de propriété : Cadastre de 1820

Péniten(t)s Blancs de saint Lazare

Péniten(t)s Blancs de saint Lazare

Source : Google - Fêtes Patronales des Corporations - De Régis de la Colombière - 1863

Source : Google - Fêtes Patronales des Corporations - De Régis de la Colombière - 1863

MISTRAL & LES PÉNITENTS BLANCS

" La fin du XIX° siècle, fut surtout marquée pour les Confréries de Pénitents par une hostilité du pouvoir. Ressentant une incompréhension grandissante du gouvernement et de certains membres du clergé devant ce qui faisait l’originalité des régions méridionales, de nombreux Pénitents se retrouvèrent dans les valeurs défendues par le Félibre. Un opuscule de la Confrérie publié en 1908 estimait même que nos confréries constituent dans notre Midi une sorte de félibre religieux. En retours, de nombreux félibres furent d’ardents défenseurs des confréries de Pénitents. Frédéric Mistral et Albert Arnavielle devinrent même Prieurs honoraires de notre Confrérie."

Source : Pénitents.fr

AUBANEL & LES PÉNITENTS BLANCS

Né le 26 mars 1829 en Avignon, Théodore Aubanel est un des sept membres fondateurs du Félibrige aux côtés de Paul Giera, Anselme Mathieu, Alphonse Tavan, Jean Brunet, Frédéric Mistral & Joseph Roumanille. Théodore Aubanel est surtout un des plus actifs avec Frédéric Mistral & Joseph Roumanille. Poète lyrique, Aubanel écrit en provençal et participe à la renaissance de la langue provençale. Il était sans aucun doute le plus doué des jeunes poètes du Félibrige au côté de Frédéric Mistral.

" Contemporaines de la Ligue et même du Schisme d'Occident, ces confréries, en général, avaient pour chefs et dignitaires les premiers nobles d'Avignon, et Aubanel, le grand félibre, qui avait toute sa vie été Pénitent blanc zélé, fut, à sa mort, enseveli dans son froc de confrère."

Source : Archive.org - Le Costume en Provence - CHARLES-ROUX - 1909

Frédéric Mistral, Prieur honoraire de la confrérie en 1912. Il s'était pourtant dans sa jeunesse moqué des Pénitents (Cf. article en suivant)

Frédéric Mistral, Prieur honoraire de la confrérie en 1912. Il s'était pourtant dans sa jeunesse moqué des Pénitents (Cf. article en suivant)

AUBANEL

AUBANEL

PETITE MOQUERIE DE F MISTRAL - SOURCE : ARCHIVE.ORG - LE COSTUME EN PROVENCE - J CHARLES-ROUX - 1909

PETITE MOQUERIE DE F MISTRAL - SOURCE : ARCHIVE.ORG - LE COSTUME EN PROVENCE - J CHARLES-ROUX - 1909

ARCHIVAGE BIBLIOTHÈQUE DE MARSEILLE

721 (Eb.237—R.941).

Statuts et règlements des Pénitents de Château-Gombert, approuvés en 1617 par Jacques Turricella (*), évêque de Marseille,

Suivent diverses délibérations de la confrérie.

Fol. 70. Ordonnance de Mgr de Belsunce, pour les Pénitents de son diocèse. XVII et XVIII siècle. Papier. 170 feuillets (il n'y a qu'une portion du premier). 232 sur 175 millim. Rel. parchemin.

Source : Archive.org - CATALOGUE GÉNÉRAL DES BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES DE FRANCE - DEPARTEMENTS — TOME XV - MARSEILLE

Par m. l'Abbé ALBANÈS

1892

(*) Jacques Turricella : 64ème évêque de Marseille. Cordelier (*) Toscan , Confesseur de Marie de Médicis, nommé en 1604, mourut le 19 janvier 1618. Оn assure qu'il fut empoisonné par son valet-de-chambre, qui n'avait pu résister aux attraits de son trésor.

(*) Françiscain conventuel

COMMUNAUTÉS,CONGRÉGATIONS ET CONFRÉRIES RELIGIEUSES.

CONFRÉRIES DU TERROIR

Leur nombre pour les hommes et pour les femmes est grand.

Pénitents Bleus (1506) Cette Confrérie, sous le titre de Notre-Dame de Pitié, fut fondée l'an 1506 par quelques membres de l'antique association marseillaise de Sainte Catherine qui avaient cru alors devoir en sortir.

Pénitents Blancs du Saint-Esprit (1511). Cette Confrérie, sous le titre du glorieux St-Esprit, fut fondée à Marseille l'an 1511 par des membres sortant, comme ceux des Pénitents Bleus, de Sainte-Catherine.

Pénitents Blancs, de la Trinité-Vieille (1514) La Confrérie des Pénitents Blancs, sous le titre primitif de Notre-Dame d'Aide, et appelée dans la suite la Trinité-Vieille, fut fondée, à ce que l'on prétend, le 22 mars 1306 ; mais l'historien Ruffi fait remonter cette fondation qu'à l'année 1514.

Pénitents Noirs (1521). Cette Confrérie, sous le titre de la Décollation de St-Jean Baptiste, fut établie le 8 avril 1521

Pénitents Blancs de Saint-Lazare (1550). –Cette Confrérie fut établie à Marseille l'an 1550, et par suite de l'ordonnance de Louis XV, du mois de janvier 1768, réunie à celles de Sainte-Catherine et du Saint Esprit, qui existait déjà dans le XIII° siècle et dont la chapelle était située sur l'espla nade de la Tourette.

Pénitents gris du Bon Jésus (1591) Cette confrérie de pénitents est appelée Bourras à cause, dit-on, de leur sac qui a la forme de la tête, et qui dès lors ne se termine plus en pointe, comme le sac de tous les autres pénitents, d'où Bout-ras en un seul mot.

Source : Archive.org - Dictionnaire des BduRh - T 1 - A Saurel - 1877

Pénitents gris Carmelins (1621). - Cette confrérie, établie à Marseille le 21 septembre 1621 , sous le titre de Pénitents séculiers déchaussés du saint scapulaire de Notre Dame-des-Carmes, fixa le nombre de ses confrères à 120, en mémoire des 120 membres de l'Eglise naissante qui élevèrent saint Mathias à l'apostolat en remplacement de Judas.