FÊTE DES ALLOBORGES

Juin 1935

L'"Union des Allobroges" (*) fête sa venue d'été dans la propriété d'un habitant de Château Gombert.

(*) Peuple gaulois des Alpes

Le nom a été donné à une avenue du centre du village.

Relation dérivée entre " Savoisienne de Construction " et " Allobroges " :

1907 : Création de la société C'est au début du siècle dernier que Savoisienne Habitat (*) a démarré son activité de construction de maisons individuelles à Chambéry. Initialement centrés sur la ville de Chambéry, ses projets se sont progressivement étendus à toute la Savoie. Puis, afin de répondre aux besoins immenses en accession sociale d'après-guerre, elle a diversifié son offre de logements avec l'habitat collectif.

(*) A l'origine " La Savoisienne " (de construction)

Immeuble de La Savoisienne Avenue Cantini

Immeuble de La Savoisienne Avenue Cantini

1990 : "La Savoisienne" devient "Savoisienne Habitat".

Certains immeubles, construits après 1945, sont encore visibles à Marseille

Le Petit Dauphinois 1935
Le Petit Dauphinois 1935
Le Petit Dauphinois 1935
Les bâtisseurs savoyards

Les bâtisseurs savoyards

SECRET D'OENOLOGIE

Lors de la conquête des Gaules, seuls ceux qui s'étaient déclarés " citoyens romains " pouvaient cultiver vignes et oliviers ; le monopole étant les importations depuis Rome pour l'essentiel.

Des recherches furent entreprises dans les pays riverains du Rhône, en vue d'enrichir de nouvelles variétés de vignes. Les Allobroges du Dauphiné s'y distinguèrent particulièrement.

Ils créèrent une vigne appelée Allobrogica ", que les vignerons de Vienne appellèrent "Pinot". Nous sommes dans le premier siècle avant J-C.

Source : Valvignères en Helvie - Abbé P. Arnaud - 1989

ALLOBROGES BARBARES ?

La " Revue Savoisienne " de 1917, nous apprend que les Allobroges ont été parfois traités de noms peu orthodoxes ; même Voltaire y est allé de sa vision des choses.

Nous encourageons le lecteur à consulter le paragraphe " Nouvelles Études Philologiques sur les Allobroges ", pour être convaincu du contraire.

Source : BnF - Revue Savoisienne 1917 page 51

ORIGINES DU MOT " ALLOBROGE "

ALLA. Autre,  ou ALLAM, estranger. Voir : Bro(ga)

BRO. Région ou champ ; bara et broga, sont la mesme chose

Autre origine possible :

AL, c'est-à-dire, tout (ou haute(s)), et braccae, c’est-à-dire, brayes(*) ; parce que c’estoit un peuple de la Gallia Braccata (**), dite ainsi, à la distinction des autres qui portoient des sayes (***)

(*) Pantalon reserré par un lacet aux chevilles

(**) Gaule où l'on porte ce type de vêtement

(***) Vêtement court (tunique)

Origine : Archive.org - Dictionnaire Borel - T1 - 1882

SARRARÉ PLU LA PECETO OOU NOUS DÉ LA CARNIÉ

" Vous ne serrerez plus la pièce au nœud de la chemise ".

" Les anciens de notre département, les vieux Marseillais surtout, ennemis nés de tous les Gavots Alpins, prétendaient jadis que, lorsqu’un de ces avides montagnards était parvenu à gagner ou à économiser une pièce d’or, même une pièce d’argent quelle qu’en fût la valeur, il la nouait aussitôt dans un coin de sa chemise, qu’il ne faisait jamais laver ou qu’il lavait lui-même dès lors, et que, jusqu’à son retour au pays, l’enfant des Alpes ne laissait plus voir le jour à son pécule ainsi mis de côté. Autant les Marseillais avaient été généreux et larges jusqu’en 1830, autant les Gavots s’étaient montrés constamment âpres au gain, parcimonieux et thésauriseurs quand même.

De là cette antipathie profonde, instinctive et réciproque entre les deux races. De là cette grêle de quolibets dont nos pères et nous-mêmes nous avons poursuivi si longtemps les chiches montagnards de la haute Provence. Mais comme tout cela a changé dans nos murs depuis une vingtaine d’années ! Combien de jeunes cancres du crû qui, pour la rapacité et la vilenie, en remontreraient aujourd’hui aux plus ladres du Val-d’Aost et de Barcelonnette ! "

Source : Archive.org - Oeuvres complètes - T2 - V Gélu - 1886